03
Jan
10

Un p’tit café vite oublié!

Les idées pour mes billets de blogues surgissent habituellement à des moments spécifiques de la journée: tôt le matin, emmitouflée dans mon lit. Sous le jet chaud de la douche. À vélo, juste après une montée, quand mes battements cardiaques redescendent en flèche. Et souvent, dans mes sentiers, au beau milieu de la forêt.

Pas de crayon ni papier, évidemment!

Excitée par cette inspiration soudaine, je peine alors à garder mon calme; la peur d’oublier, de perdre le fil, de me faire larguer par les mots et de laisser s’échapper une idée géniale.

Alors, je contre-attaque; rivée à mon écran, j’élabore un plan, je tape, je structure, et souvent, je « delete ».

Sur le qui-vive toute la journée. Trop de choses à la fois; le lavage, la vaisselle, ménage, Twitter. Stressée jusqu’à la publication du fameux billet. Épuisant une journée d’écriture!

J’y reviens au moins 10 fois. Entêtée à le résoudre, un peu à la manière d’un casse-tête. Trouver la bonne combinaison pour obtenir l’efficacité maximale, le braquet idéal.

Comme pour mon coup de pédale, mon écriture se doit d’être fluide. Et à mon avis, saupoudrée d’une touche de légèreté. Les montées en danseuse, tellement plus  gracieuses! Pas la force de pousser de gros braquets de toute façon.

Soudainement une phrase vient tout changer. Le texte prend une autre direction, un autre sens. Vous savez, comme à vélo, quand vous arrivez à une fourche, et prenez à droite plutôt qu’à gauche. La curiosité d’explorer un chemin inconnu. Un raccourci ou un rallongement? Un terrain plat, légèrement ondulé, ou des côtes respectables?

Pas grave! La conviction d’être en jambes pour affronter le parcours inédit.

Ainsi, à droite, une nouvelle histoire, un développement différent.

Les mots sont mes leaders, mes « Maillot Jaune ». Pas de « s » puisqu’il n’y a qu’un « Maillot Jaune » à la fois, en juillet.

Serais-je devenue une simple domestique pour mon écriture?

Ce ne serait pas une si mauvaise chose finalement puisque le domestique est souvent un cycliste acharné, possédant une éthique de travail remarquable, sacrifiant ses propres aspirations pour ses coéquipiers. Toutefois, s’il a suffisamment de talent, il y a des chances qu’il se transforme éventuellement en leader respecté au sein du peloton.

Le retour du balancier.

Alors, vous voulez savoir quel était le sujet de ce blogue à l’origine?

Le café, petit péché mignon du cycliste.

Puis, levée tôt, randonnée de raquette, douchée, j’ai tout bien planifié.   Mais un moment, je me suis arrêtée et oups, j’ai bifurqué!

Mjo


0 Responses to “Un p’tit café vite oublié!”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Catégories

Archives

Flickr Photos

Plus de photos
janvier 2010
L M M J V S D
« Déc   Fév »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Blog Stats

  • 10,607 hits

%d blogueurs aiment cette page :